Comme un MacBook Air, de nombreux systèmes d’assurance semblent modernes et répondent aux exigences actuelles. Mais leurs remplaçants apparaissent déjà et les assureurs avertis ont raison de s’interroger sur leur viabilité à court terme.

La grande nouvelle dans le domaine de la technologie grand public est qu’Apple s’éloignera en 2021 des puces Intel. Le débat le plus intéressant, cependant, est celui des spécialistes qui se demandent si les gens devraient acheter cette dernière génération de Mac.

Les rédacteurs de publications technologiques passent tous en revue une série d’arguments, se posant essentiellement la même question : Êtes-vous tourné vers l’avenir ou préférez-vous vous engager à faire tourner d’anciennes applications provenant d’éditeurs de niche et pouvez-vous tolérer les limites qu’elles imposent ? 

Que vous vous interrogiez sur un ordinateur portable à 1’500 francs ou sur la transformation numérique de vos systèmes d’assurance, c’est précisément la bonne façon de cadrer la discussion.

Qu’est-ce qu’un système d’assurance moderne ?

Commençons par l’évidence. Le cœur battant des anciens systèmes d’assurance est souvent appelé système d’administration des polices, car ceux-ci ont été construits autour de ces dernières. Remarquez qu’ils ne sont pas construits autour des clients. Cette décision architecturale fondamentale est un obstacle sérieux à l’obtention d’une vue complète du client sur l’ensemble des produits et à la compréhension ainsi qu’à la satisfaction des souhaits et des besoins de votre clientèle en matière d’assurances complémentaires.

Les systèmes d’administration des polices d’assurance nécessitent souvent des technologies complémentaires, généralement par l’intermédiaire de fournisseurs tiers, pour rassembler et compléter les données des clients et offrir des possibilités de libre-service numérique.

Par ailleurs, l’architecture est importante et il ne s’agit pas d’une différence conceptuelle. Les analystes du secteur qualifient de “monolithiques” les architectures de nombreux systèmes d’assurance.

Cela signifie qu’elles sont autonomes, indépendantes des autres applications informatiques et que l’interface utilisateur et le code d’accès aux données sont combinés en un seul programme à partir d’une seule plate-forme.

Les implications sont non négligeables en ce qui concerne l’expérience client, l’engagement numérique et les intégrations avec les technologies d’assurance, les données de tiers et d’autres applications d’assurance.

Pour compenser ces limitations, de nombreux fournisseurs de systèmes d’assurance habillent leurs vieux logiciels en les livrant via le cloud. Bien que les solutions traditionnelles puissent y fonctionner, elles n’ont pas été conçues avec des architectures natives du cloud (conteneurs, microservices, DevOps, etc.).

Il n’est donc pas surprenant qu’elles n’offrent pas les mêmes avantages (évolutivité infinie, flexibilité, vitesse distribuée, ouverture, etc.). De plus, cacher cette architecture dans le cloud derrière une porte étiquetée “SaaS” ne vous permettra pas de participer à l’économie des écosystèmes. Ne vous laissez pas berner. Le Cloud-native et le SaaS ne se limitent pas à la livraison de logiciels. Il s’agit de concevoir, de fournir et de soutenir des systèmes pour l’avenir de l’assurance.

Construire pour l’avenir de l’assurance

Bien avant que la pandémie mondiale n’élève le niveau d’urgence à “PANIQUE”, on pouvait dire deux choses sur le secteur de l’assurance. D’abord, qu’il vivait dans un état de dette technologique quasi-perpétuelle, c’est-à-dire qu’il se contentait d’outils technologiques insuffisants, malgré des coûts et des efforts importants. Deuxièmement, que l’avenir des plateformes d’assurance allait être centré sur le client, entièrement numérique et nativement orientés vers le cloud, ce qui signifie qu’il serait construit avec des conteneurs, des micro-services et des API ouvertes.

Ce n’est pas seulement notre opinion. Il s’agit de l’orientation des logiciels d’entreprise dans tous les domaines.

En outre, s’ils ne le font pas déjà, les assureurs voudront bientôt participer à des écosystèmes d’assurance numériques – voire les créer.

McKinsey rapporte que d’ici 2025, 30 % de l’économie mondiale passera par six grands écosystèmes. Les plateformes d’assurance existantes ont, dans l’ensemble, été conçues bien avant que ces besoins ne soient identifiés. Cependant, la modernisation ou la mise à niveau de ces systèmes est coûteuse et longue. Casser et remplacer ? C’est également très risqué. Cela perturbe les clients, les employés, les processus et la distribution. Et les assureurs sont connus pour leur réticence au risque.

 C’est pourquoi les assureurs, dans tous les secteurs d’activité, se tournent vers les technologies de base Coretech.

Coretech : Des plateformes d’assurance numériques à l’épreuve du temps

Coretech est une combinaison de technologies natives du cloud, de méthodologies de mise en œuvre et de systèmes de base d’assurance qui sont conçus pour l’avenir de l’assurance.

Alors que Coretech offre des fonctionnalités d’assurance approfondies et l’évolutivité des anciens systèmes d’entreprise, elle exploite l’infrastructure à la demande, évolutive et sécurisée du cloud, les approches Agiles et les méthodologies DevOps pour un déploiement rapide et la fourniture continue de nouvelles capacités commerciales. Cela signifie la fin des mises à niveau continues et de la dette technologique.

Parce que Coretech partage l’ADN de l’Insurtech, elle est construite avec les microservices, les API, les conteneurs et les flux de travail basés sur les événements nécessaires pour soutenir les nouveaux modèles commerciaux et les attentes des clients.

Elle est ouverte et s’intègre facilement aux écosystèmes d’assurance numérique et consomme des données de tiers.

Lorsqu’il s’agit d’achats de technologies, qu’il s’agisse d’ordinateurs portables ou de plateformes d’assurance numérique, il est logique de se tourner vers l’avenir plutôt que vers le passé.

A propos

SmartYou & EIS Group

Représenté par SmartYou sur le marché helvétique, EIS Group fournit aux assureurs du monde entier des applications logicielles pour l’établissement de devis, l’administration des polices, la facturation, les réclamations et l’engagement des clients.

Ce contenu est une adaptation de l’article “The End of the Modern Legacy Insurance Platform” publié sur le site d’EIS Group par Joel Yarde, Technology Marketing Lead chez EIS Group.

Informations complémentaires

Formulaire de contact

Vous pouvez nous contacter directement via notre formulaire de contact :

Nous sommes là pour vous

Vous désirez un conseil ou un renseignement complémentaire ? Nous sommes à votre disposition !  
DEMANDE DE CONTACT
close-link
Ouvrez-moi !